Choisir son espace de vie

Un pigeon voyage de l'Angleterre jusqu’à St-Louis-de-Blandford

1 Février 2013 - 16:57

Les employés de la Municipalité ont reçu une visite outre-mer inusitée : un pigeon d'Angleterre qui a  dévié de son trajet lors d'un concours de vitesse en Europe s’est retrouvé dans la cour de l’édifice municipal le 21 juin dernier.

À la vue de ce superbe oiseau, Richard Pellerin, employé de la Municipalité, s’est empressé de le protéger jusqu’à ce que la Municipalité contacte un expert pour le récupérer.  Michel Gosselin, résident d’Aston-Jonction se spécialise dans l'élevage de pigeons depuis 45 ans. Il a pu approcher facilement l'oiseau avec de la nourriture et le prendre dans ses mains. «Il était faible et très maigre, mais il reprend tranquillement la forme», rapporte M. Gosselin qui a eu son premier pigeon à l'âge de 12 ans.

Michel Gosselin est le nouveau propriétaire d'un pigeon provenant de l'Angleterre. L'oiseau qui participait à une course en Europe, s'est retrouvé à St-Louis-de-Blandford après avoir fait un voyage sur un bateau traversant l'Atlantique. À la recherche de nourriture, l'oiseau affamé s’est retrouvé à côté de l’édifice municipal. M. Gosselin qui s’était rendu sur place pour aider la Municipalité à retracer le propriétaire de l’oiseau  a rapidement déduit que le colombin provenait d'Europe grâce à un numéro de téléphone étampé sous une de ses ailes. «D'après le numéro de sa bague permanente et de mon expérience, j'ai dit aux responsables de la Municipalité que le pigeon venait sûrement de la Grande-Bretagne».

Les recherches ont confirmé son hypothèse et l'ont amené à communiquer avec la Royal pigeon racing, association dont est membre le propriétaire de l'oiseau. Après avoir été certifiée de la véracité de l'histoire de Michel Gosselin avec photos et une vidéo à l'appui, l'organisation britannique a pu confirmer le nom du propriétaire du pigeon voyageur, soit Bernard Chambers.

La course débutait à Fougères en France, le 9 juin, pour se terminer à Cannock, à deux heures au nord de Londres. Une distance de près de 500 km. L'oiseau de couleur bleue, baptisé Bleublandford par M. Gosselin,  a plutôt opté pour un trajet d'environ 5000 km, selon l'association britannique. Comment ce pigeon a-t-il pu se rendre jusqu'à Saint-Louis-de-Blandford? La thèse la plus probable serait que l'oiseau fatigué s'est perché sur un bateau traversant l'Atlantique et y est demeuré durant plusieurs jours.

Une telle situation est surprenante, mais pas impossible, selon Michel Gosselin. « Nous avions déjà entendu dire qu'un pigeon épuisé pouvait se jeter sur des bateaux, mais nous n'avions jamais eu de preuves. C'est la première fois que ça arrive. Ces courses de pigeons voyageurs sont méconnues au Québec, mais très populaires en Europe. De gros prix en argent sont remis aux propriétaires des pigeons gagnants. Le gagnant est déterminé grâce à une bague électronique réutilisable mise sur la patte de l'oiseau et une antenne placée à l'entrée du colombier, où réside le pigeon, qui enregistre son arrivée ».

Alors qu'au Québec les courses rapportent peu pour les éleveurs, Michel Gosselin peut toutefois maintenant se consoler d'avoir gagné un jeune pigeon d'une grande valeur parce que le Britannique a décidé de le lui remettre gratuitement. De quoi rendre très heureux ce passionné des pigeons.